L'esclavage, c'est la liberté! Le mensonge c'est la vérité!

Publié le par JF

Ce titre orwellien pour rappeler que sous le régime du capital mondialisé (lire américanisé) la vérité n’est plus de mise et les valeurs sont sciemment inversées. Ainsi au nom de logiques économiques soi-disant incontournables en arrive t-on à justifier l’injustifiable.

La paupérisation générale par les licenciements et le chômage de masse, la baisse des revenus de tous les travailleurs, tout cela organisé, méthodiquement , par une minorité et à son profit exclusif, passe pour une étape obligée, dictée par les lois de la sacro-sainte économie de marché. Que des millions de gens souffrent de cette situation est sans importance aux yeux de nos dirigeants pervers, chantres de ce système inique auquel il serait, paraît-il, impossible voire criminel de s’opposer.


L’économie, comme toute science humaine est…humaine et dépend donc, avant tout, de la volonté des hommes. La petite « main invisible » d’Adam Smith ne peut fonctionner sans toute une série de lois et règlements édictés par des hommes. Le marché et la liberté totale accordée au commerce devait, selon ce Monsieur, éradiquer les guerres de notre planète. On sait aujourd’hui ce qu’il est advenu de cette prophétie douteuse !

 

Certains ignorent, beaucoup feignent de ne pas savoir ce qu’il se passe dans les industries automobiles, dans les transports, où parfois un chauffeur travaille 24 heures d’affilée, dans le bâtiment, dans les secteurs du déménagement ou du nettoyage, par exemple. Quid de la souffrance de ceux qui chôment et pour qui la survie devient de plus en plus difficile et sans espoir, sinon celui de rejoindre, à terme, les rangs des déchus, des SDF.
Et tout cela dans une société immensément riche!

Comment la masse des gens que nous sommes peut accepter ce retour aux conditions d’exploitation connues au XIXème siècle et combattues par nos grands-parents ?

Comment un Nicolas Sarkozy, représentant politique de ce capital mondialisé, de ce mal absolu, dont les USA sont le champion, peut-il avoir autant de crédit en France, même avec le soutien de tous les médias serviles, possédés par les plus grands truands du patronat français?

Oui la baisse des salaires, la dégradation des conditions de travail, le chômage engendrent la peur chez ceux qui les subissent. Peur de tomber toujours et encore plus bas. La peur dit-on est mauvaise conseillère et engendre la lutte de tous contre tous. Au sein même des ateliers et bureaux, où une concurrence effrénée menace toute solidarité entre les victimes de ce système dont l’injustice n’est plus à prouver. Lutte entre ceux qui travaillent de plus en plus dur et ceux qui ne le peuvent plus. Lutte entre jeunes et vieux qui s’accrochent comme ils le peuvent pour produire autant que des bras plus vigoureux que les leurs. Lutte entre fixes, relativement préservés, et précaires surexploités...

Mais la vérité absolue reste que ce système capitaliste néolibéral doit être combattu, la société doit devenir solidaire fraternelle et égalitaire et les pervers et paranoïaques qui nous dirigent doivent disparaître du devant comme des décors de la scène….
Il suffit de dire Non ! Basta, pour que commence à changer la vie…

Publié dans Économie

Commenter cet article