Journée internationale des femmes...

Publié le par JF

Clara Zetkin (1857-1933)

Le 8 mars est l'occasion de rendre hommage à deux femmes qui marquèrent leur temps et firent avancer la cause des femmes. L'une, socialiste puis communiste, Clara Zetkin, est à l'origine de la Journée des femmes, l'autre, Louise Michel, anarchiste, est une des plus grandes figures de l'histoire du mouvement ouvrier en France..

Le 8 mars 1910, Clara Zetkin, soumet à  la 2e Conférence internationale des femmes socialistes,  la création de la journée internationale des femmes, journée de lutte et de manifestations  afin d'exiger  le droit de vote, l'égalité entre les sexes, et le socialisme.

Opposante à la première guerre mondiale, elle participe à la création en 1915 de la ligue spartakiste. Clara Zetkin s'oppose à  la boucherie de 14-18  et organise une conférence internationale pacifiste des femmes socialistes en 1915 à Berlin, ce qui lui vaudra d’être arrêtée à plusieurs reprises.

Louise Michel (1830-1905)

Louise Michel est d'abord militante du mouvement de « l'Enfermé », Auguste Blanqui, auteur du  slogan « Ni dieu ni maître ! »
Puis Louise devient anarchiste et l'une des grandes personnalités de la Commune de Paris. Première à arborer le drapeau noir, elle lèguera celui-ci au  mouvement anarchiste.

Louise Michel fait alors partie de l’aile la plus révolutionnaire de la Commune et propose de marcher sur Versailles pour arrêter le gouvernement d'Adolphe Thiers qui n’a alors que peu de troupes.
Elle se bat même, les armes à la main,  Place de l'Hôtel-de-Ville à Paris.

Ce qui pour moi est le plus grand mérite de cette femme exceptionnelle, c'est qu'à l'inverse de certains Communards, déportés en Nouvelle-Calédonie qui s’associèrent à la répression des Canaques, Louise, elle, les soutient lors de leur révolte de 1878. Elle ne dénigre pas leur cause. Pas de relents « impérialistes » chez elle, se lamentant sur la « sauvagerie » de ce peuple comme on a pu le lire sous la plume de certains de ses compagnons de captivité... Cette prise de position courageuse devrait faire réfléchir tous ceux qui dénoncent la « sauvagerie » et la « barbarie » de certains peuples pour refuser de les soutenir dans leur résistance contre l'agression et, parfois même, se réjouissent ouvertement de  leur anéantissement.

Revenue de déportation en 1883, Louise organisera, avec Émile Pouget, une manifestation des "sans-travail" qui dégénèrera  en pillages de boulangeries et en affrontement avec les forces de l'ordre. Louise est alors condamnée à six ans de prison pour "excitation au pillage »
Militante jusqu'à son dernier souffle, cette femme est tout simplement admirable...

Publié dans Luttes sociales

Commenter cet article

Médée 11/03/2007 10:22

Il leur en faudrait 365 par an pour changer le monde - je les aime bien ces deux là en tout cas et l'image qui nous en reste .

JF 11/03/2007 20:16

Avec 2 ce serait déja pas mal! Elles existent sûrement quelque part, mais les circonstances font que....

le pas sage 09/03/2007 12:28

salut
c'est v rai que l'on a eu des femmes exceptionnelles et elles méritent qu'on leur donne une journée
bonne journée