Ante Ciliga

Publié le par JF

J'ai eu la chance de vivre à une époque où les géants étaient toujours de ce monde. Ante Ciliga était incontestablement l'un d'eux. Je ne l'ai vu qu'une seule fois, c'était à Paris dans les années 1975-1980. C'était à l'occasion d'un meeting au Palais des Glaces, pas très loin de la Place de la République, je crois, je ne me souviens plus très bien. Pour être franc, j'ai été plutôt déçu. Ciliga était déjà un homme âgé et passer de celui dont j'avais fait un mythe après la lecture de son livre, Dix ans au  pays du mensonge déconcertant, à la réalité faite d'un être de chair et de sang, n'était pas facile... Mais quelle vie a eu cet homme extraordinaire!

Ante Ciliga est né en Croatie en 1898. Membre du parti communiste en 1920, il découvre la prison et participe à la lutte armée contre les Chemises noires.

En 1926 il est envoyé en Union soviétique. Il y arrive en militant convaincu. Mais très vite la misère noire et les inégalités criantes que subissent les Russes le font douter. Il rejoint alors dès 1927 l'opposition trotskiste. Puis il se brouille avec cette dernière et arrive à la conclusion qu'il n'y a pas de socialisme en URSS, qu'il y règne un système politique qu'il appelle le capitalisme d'État.

« Staliniens et trotskystes (identifient) le capitalisme d'Etat au socialisme et la bureaucratie au prolétariat. Trotsky, aussi bien que Staline, faisait passer l'Etat pour le prolétariat, la dictature de la bureaucratie sur le prolétariat pour la dictature du prolétariat, la victoire du capitalisme d'Etat sur le capitalisme privé et sur le socialisme pour une victoire de ce dernier. » écrit-il alors.

 Arrêté le 21 mai 1930, il est placé en « isolateur politique », puis déporté en Sibérie en 1933. Il parviendra à se faire expulser d'URSS en décembre 1935, évitant ainsi les grandes purges dont il ne serait sans doute pas sorti vivant.

Il écrira alors son ouvrage,  Dix ans au  pays du mensonge déconcertant puis analysera l'insurrection de Cronstadt de 1921. Il affirme alors: « Toute révolution nouvelle commence non sur la base où débuta la précédente, mais en partant du point où la révolution antérieure a subi un enrayement mortel. »

On peut être certain que ce point d'enrayement mortel, en ce qui concerne la révolution russe, est atteint lors des grèves de Pétrograd puis de l'insurrection de Cronstadt, lors de  l'ultime tentative des masses pour rétablir le pouvoir des « Soviets », ces Conseils ouvriers, nés spontanément en 1905, puis à nouveau en 1917, comme ils existèrent un demi-siècle plus tôt lors de la Commune de Paris.

Ciliga n'a pas découvert que la Nomenklatura était une nouvelle classe exploiteuse, ni que le socialisme marxiste menait au capitalisme d'État. Makhaiski, par exemple, dont je parlerais dans un prochain article, l'a écrit bien avant lui. Il ne semble pas que Ciliga ait eu connaissance de ses écrits, mais les mérites de son témoignage sont parsemés d'analyses d'une grande richesse.

Ciliga fut à nouveau déporté pendant la deuxième guerre mondiale par les alliés Croates d'Hitler avant d'être contraint à l'exil sous Tito. Il vécut alors entre Paris et Rome avant de rentrer chez lui en Croatie...

Ante Ciliga meurt le 21 octobre 1992 à Zagreb, ce qui ne fit que quelques lignes dans le journal Le Monde...

Ante Ciliga- Dix ans au  pays du mensonge déconcertant -Éditions Champ-libre- 1977

Commenter cet article

Lannig 11/03/2007 12:59

http://video2007.over-blog.com/
        2.582 vidéos pour vous !     Connaitre amis pour les défendre  , Connaitre ses ennemis pour les combattre Plus juste la France sera plus forte