Le compromis social est mort...

Publié le par JF


Voila les élections sont terminées. Comme il était prévisible la gauche qui s’était tirée plusieurs balles dans le pied au cours de ces campagnes marathon a perdu. Les maîtres du jeu électoral du capital financier, qui, par médias interposés, formatent l’opinion, ont rendu leur verdict : la droite sarkoziste est la plus à même d’accomplir leurs basses œuvres dans cette période de régression sociale où la gauche n’a plus de grains à moudre.

Pas besoin d’être grand clerc pour démontrer l’inutilité de la gauche du point de vue des vrais décideurs du capitalisme. Ségolène Royal s’en est chargée. En expliquant la raison principale de son échec par l’obligation que le PS lui avait faite de porter deux revendications « intenables », la généralisation des 35 heures et le SMIC à 1500 euros bruts d’ici cinq ans, la madone du Poitou a reconnu l’impossibilité pour la gauche d’arracher la moindre miette au patronat dans la période à venir. Et c’est bien là où le bât blesse, prélude de la mort programmée de la Social-démocratie.

Social-démocratie qui se targuait de représenter, depuis les années 1960, le « nécessaire » compromis social entre le Capital et le Travail. Or aujourd’hui il n’y a plus rien à négocier…

Pour rester compétitifs au plan mondial les multinationales qui mènent la danse du club des entrepreneurs ont décidé de s’attaquer à des salaires « trop élevés » en Europe et aux revenus des « assistés » qui seront, étant les plus faibles, la première cible. Tout le monde se rendra rapidement compte que la  « revalorisation du travail » de Sarkozy est une fable et que pour gagner sa vie il sera nécessaire de faire beaucoup plus d’heures qu’auparavant…

Et tout ça, naturellement n’amènera toujours pas à pouvoir concurrencer les pays à coûts dérisoires de la main d’œuvre. Les ouvriers Chinois étant payés à peu près 20 fois moins chers qu’en France, les gains obtenus d’une exploitation accrue des travailleurs de France iront bien dans la poche des actionnaires rapaces qui ont triplé leurs exigences de profit financier en quelques décennies. Mais ceci est une autre histoire…

Toujours est-il que la Social-démocratie classique, dans ce contexte, ne sert plus à rien puisqu’il n’y a plus rien à arracher aux patrons et que les travailleurs doivent se contenter de plier…

Cette situation est malgré tout dangereuse pour le capital qui a besoin d’une gauche « raisonnable » pour encadrer les travailleurs et assurer que leurs luttes emprunteront toujours des voies de garage sans risquer de remettre en cause l’exploitation capitaliste.
C’est pourquoi on devrait assister à une « valse des étiquettes » au niveau des partis politiques de gauche devenus « refondés » (par les mêmes bien entendu qui ont su dans le passé maintenir en laisse la classe ouvrière et ses alliés).

Au peuple de ne pas s’y tromper. Le compromis social n’étant plus d’actualité entre Capital et Travail, que le Travail, contraint d'ouvrir les yeux,  forge l’outil révolutionnaire indispensable au renversement de ses exploiteurs !


Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sator 13/01/2008 07:41

Meilleurs voeux pour 2008 J.F,et que le cul leur pèle.....

dawi 29/06/2007 15:49

"je sais aussi que seul contre tous on ne peut rien,", tu as raison, mais il faut se battre sinon l'on est mort!
amitiés

JF 27/06/2007 15:11

Tout est dit dans ton commentaire Sator...A plus....

Sator 26/06/2007 20:30

Quand le Peuple se sera affranchi des syndicats et des partis divers, manipulés par les mêmes marionnett(ist)es,  je pense que nous serons proche de la voie de la Vérité.Une augmentation du SMIC entrainera à coup sûr une augmentation des prix, penser le contraire, c\\\'est croire que la mise en place de la TVA sociale (pardon, de la taxe anti-délocalisation) n\\\'entrainera pas de hausse de pouvoir d\\\'achat,ce qu\\\'il faudrait, c\\\'est enfin entamer un processus de décroissance, en commençant par la décroissance des profits effectués sur le dos des travailleurs.La rémunération de l\\\'argent, en ce qu\\\'elle a d\\\'inique est un concept d\\\'un autre âge.Si le peu d\\\'humanité qui reste chez l\\\'humain ne se socialise pas bientôt, si on ne se tourne pas vers une rationalisation de la vie (en y intégrant une réelle vision écolo-économique), la portion congrue que représente le monde occidental sera bientôt balayée.Soutenir des régimes tels que celui qui vient d\\\'être mis en place en France, c\\\'est ne pas tenir compte de ce qui se passe dans le monde, c\\\'est ne pas comprendre l\\\'exploitation éhontée de l\\\'homme qui est pratiquée à nos portes, c\\\'est grave.Je ne sais pas si réellement il reste encore le temps de faire marche arrière d\\\'une manière pacifique,je sais par contre qu\\\'on stigmatise toujours un individu en feignant de ne pas voir ses valets et ses maîtres,je sais, par expérience, qu\\\'il est difficile de laisser le peu qu\\\'on a pu accumuler pour aller vers l\\\'inconnu, qu\\\'il est plus facile de laisser l\\\'autre avancer,je sais aussi que seul contre tous on ne peut rien,mais c\\\'est sur cela que comptent les exploiteurs que tu cites J.F pour maintenir la masse dans l\\\'ignorance et l\\\'amener vers l\\\'esclavage, la domination par la Peur,mais après tout  à vaincre sans péril, ne triomphe-t-on pas  sans gloire ?Content de voir c e blog revivre J.F,A plus,